Ma ville Lambesc Index du Forum
FAQ Rechercher Membres Groupes  - S’enregistrer  - Profil  - Se connecter pour vérifier ses messages privés  - Connexion
La croisade des "poètes"
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Ma ville Lambesc Index du Forum > Coup de projecteur > Talents lambescains
Sujet précédent :: Sujet suivant  
 
Mig
Administrateur


Hors ligne
Inscrit le: 24 Mar 2009
Messages: 312
Localisation: Lambesc
Message Posté le: Lun 20 Avr - 15:51 (2009)    Sujet du message: La croisade des "poètes" Répondre en citant
Puisque personne n'ose franchir la porte de cette rubrique, tant pis, je laisse ma timidité de côté et je me lance, pour montrer le bon exemple.  J'espère que, bien vite, d'autres viendront dévoiler les talents picturaux, littéraires ou autres car je tiens à ce que ce forum soit "notre forum" et non "le mien".


Préambule :
 

Alors que le monde avait suivit, pendant des années, d’un œil amusé, les querelles meurtrières entre horde et alliance, une menace était venue y mettre un terme.  Le « Fléau » était arrivé, frappant sans discernement les uns et les autres.  Puis l’Outreterre avait émergé avec sa cohorte de démons et seigneurs.  Avides de sang et de pouvoir, ils avaient bien l’intention d’imposer le règne de la terreur afin de dominer le monde.  En dépit d’éternels incompréhensions linguistiques, horde et alliance avaient finalement uni leurs efforts, pour le salut de leurs âmes.  Tous avançaient de concert combattre les envahisseurs. Tous ... sauf une poignée de « Poètes », investis d’une mission capitale : éradiquer à tout jamais les « Clampins ».  Menés par un gnome despotique, ils avaient entamé, dans le secret absolu, La Croisade des Poètes. 

Avis aux lecteurs : Les épisodes qui vont suivre s’adressent à un public averti car ils pourraient heurter quelques « sensibleries ».  Toute ressemblance avec des guildes et des personnages existants virtuellement ou ayant existé ne serait, indubitablement, que pure coïncidence.



Episode 1 : 


Le soleil déclinant inondait les cimes des montagnes d’une inquiétante lueur rougeoyante.  On eu dit que la terre restituait le sang dont elle s’était gorgée toute la journée.  Le vent brulant, qui avait couvert la forêt de la poussière soulevée sur les champs de bataille, était enfin tombé.  La guerre avait fait rage, les morts avaient été relevés et les blessures pansées.  Un lourd silence couvrait les campagnes telle une chape réparatrice.  Cependant, au cœur de la forêt de Terokkar, on pouvait percevoir une activité tout à fait particulière.  Juché sur une caisse de bois, au beau milieu d’une vaste clairière, Fratrichou, le gnome despotique, en tenue d’apparat, se lissait nerveusement la moustache.  Il attendait l’attention de ses troupes, massées autour de lui, pour prononcer un discours ô combien historique.   


Penchant discrètement la tête vers la caisse qui lui servait de stèle, il chuchota : je suis prêt, ma pâte à shoes.  Le murmure d’une voix aigüe, à peine perceptible, apaisa Fratrichou.  Kiwi, sa femme incontestée, était secrètement installée dans la caisse pour lui souffler son texte.  Pointant fièrement son menton couvert d’une barbe soigneusement taillée, il s’adressa à la foule :Poètes, poètes, le grand soir est enfin arrivé.  Le croissant  d’une lune naissante au dessus de nos têtes marquera une ère nouvelle.  Regardez le, admirez le, car le souvenir de cette soirée restera à jamais gravé dans vos mémoires.  La bataille que nous allons livrer sera, à n’en pas douter, un tournant dans l’histoire de l’humanité. Une sonnerie résonna dans la caisse.Allo, oui ... le veau Marengo, poursuivit Fratrichou, avant de simuler subrepticement une quinte de toux.  Il tapa du pied sur le couvercle de la caisse, puis cachant sa bouche de sa main, chuchota : ma brosse à séduire, raccrochez tout de suite ce portable, ce n’est pas le moment !!! Redressant solennellement la tête, il se racla la gorge, puis reprit de plus belle :
que vaut Marengo, disais-je, que vaut Marengo, au regard de la victoire qui nous attend ?  Nul ne s’en souviendra, dit il en réajustant son bicorne.  La stratégie élaborée en étroite collaboration entre les officiers, les ingénieurs, les alchimistes et moi-même est sans faille.  Demain, les mots brimades, conspirations et tyrannie, seront rayés des dictionnaires.  Cette nuit, nous allons exterminer les Clampins, cette bande de cloportes, et faire rayonner à nouveau sur Medivh, la splendeur des poètes. S’arrêtant un instant, il farfouilla dans la besace qui était à ses pieds,en sortit deux objets, et reprit d’une voix claire :Grace à ces deux objets que je tiens en main, nous serons invulnérables.  Ces lunettes, sont en fait des écrans radar que nous chausserons.  Quant à cette fiole, elle contient un breuvage rendant insensible à tout contact corporel, en outre, elle procure une invisibilité totale pendant 15 minutes.  Il faudra frapper vite et fort !  C’est la clef de notre victoire.  Nos indicateurs nous ont révélé que les Clampins devaient se rendre cette nuit au Bastion Alérien.  La forêt de Terokkar sera leur dernière demeure!
Une clameur s’éleva de la petite troupe, accompagnée de hourrahs, de vive Fratrichou.Faquin?, appela Fratrichou.
Un grand échalas, au regard benêt, sortit du rang des officiers.  Oui chef ! répondit t-il énergiquement.Organise la distribution des lunettes, des potions et des noms de code, ordonna Fratrichou, puis, regardant l’assemblée ajouta : un nom va vous être attribué.  A partir de maintenant, je ne veux entendre que ces noms de codes!  L’opération baptisée Cloportes a commencé !!!

 
La clairière prit des allures de fourmilière.  Tandis que Faquin se débattait tant bien que mal pour distribuer codes, lunettes et potions aux poètes bouillants d’impatience, Amoniaque, sous une tente de fortune, à l’abri des regards, déballait, branchait les appareils électrognomiques de détection, déployait l’antenne paragnomique, et allumait les écrans de contrôle.  Laurel Fiel le Hardi, nommé Père Plèxe depuis qu’il avait revêti la soutane, faisait les cents pas, un doigt sur le menton, l’air soucieux.  Fratrichou, dominant toujours la scène du haut de sa caisse, observait l’insolite spectacle des préparatifs.  Soudain, il leva le bras et claqua des doigts pour obtenir l’attention.Muses !  Il est temps maintenant de prendre nos positions au bord du chemin et de mettre nos lunettes.  Examinez le terrain, éloignez vous des obstacles car une fois les lunettes sur votre nez, vous ne verrez rien d’autre que le radar et les points lumineux de vos cibles proches.  Tous sur le canal 32, je vais procéder à un test audio.  Prince Charmant ?  Tu me reçois ? s’enquit Fratrichou.  5 sur 5 !!!!, explosa de joie Faquin.  Moins fort ! Bon sang Prince Charmant ! Tu as failli me percer les tympans !  Se tournant vers le PC de fortune, Fratrichou poursuivit : NH3 ?  Tu me reçois ?Ici Amoniaque, je vous reçois chef !, répondit une voix toute excitée.
J’ai dit PAS DE NOM !!! hurla Fratrichou, visiblement très agacé.  Les cloportes pourraient intercepter nos messages.  Dois–je te rappeler de quoi ils sont capables ?  Il inspira profondément pour retrouver son calme.  Les appareils sont ils opérationnels ?  NH3 à toi ! Une voix grave retentit, s’échappant par le petit cœur découpé dans la porte des sanitaires dissimulés en lisière de clairière.  NH3 à toi, NH3 A3, méfiez vous ! J’ai été MT1 dans une guilde d’alchimistes pendant un temps.  Suite à une erreur d’interprétation de formule, le chef a fini totalement azérothmuté !
Euh ... merci pour ses sages paroles Niagara, répondit Fratrichou. Niagara était un ancien officier poète nommé Gruulwulf.  Il avait quitté les poètes il y a bien longtemps pour partir vivre l’aventure.  Il avait croisé bien des guildes, avait affronté mille dangers, jusqu’à ce qu’il contracte un mystérieux virus intestinal, l’éloignant des champs de bataille.  Converti par les atouts de l’Abbé Mama et dans les petits papiers de la première dame des poètes, il s’en revenait dans les moments critiques, éclairer ses amis de sa grande expérience.
Muses ? Tenez vous prêtes ! L’offensive Cloporte peut démarrer à tout moment, annonça Fratrichou sur le canal 32.  Prince Charmant ? poursuivit-il, dirige toi vers le PC de NH3 et tape le nom dans la centrale de détection.   
 
 
Cela faisait plus d’une heure que les poètes étaient à leurs postes.  La nervosité était à son paroxysme, lorsque la voix d’Amoniaque se fit entendre sur le canal.  Amiral ! Le radar détecte une impressionnante colonne de Cloportes se dirigeant vers nous ! Terminé !Message reçu NH3, répondit Fratrichou.  Muses ?  Prenez vos potions pour attaque imminente !  Que les rouages du cosmos nous soient bienveillants ! Les points rouges s’approchaient dans les lunettes radar des poètes.  Chacun retenait son souffle. Le signal fut donné et une armée invisible fondit fondît sur l’ennemi.  Les hurlements percèrent le silence de la nuit.  Un à un les points lumineux s’éteignirent sur les écrans radar.  Le combat fut intense et sans merci.  Bien plus bref que ne l’avait espéré ou même rêvé Fratrichou.  Tandis que les cris de victoire commençaient à s’élever, il autorisa les poètes à retirer leurs lunettes.  Procédant de même, il risqua un regard.  Ses yeux clignèrent un instant pour s’acclimater à la lumière de la lune.  Un spectacle de désolation s’offrait devant lui.  Une véritable colonie de cadavres gisait sur le sol, ailes en dessous et pattes en l’air .... une colonie de .... cloportes !!!!
FAQUINNNNNNNNNNNN ????? explosa Fratrichou vert de rage, quel nom as-tu rentré dans le détecteur au juste ?
Euuuuuuuhhh ... Cloporte, répondit Faquin quelque peu embarrassé.  Vous aviez donné l’ordre de ne plus utiliser que les noms de code, chef !
VOCALEMENT oui Faquin, hurla le gnome qui tremblait de colère, mais VOCALEMENT seulement !!!!!!!!!!!!
 
Fratrichou contempla une dernière fois le désastre, leva un regard dépité vers le ciel puis marmonna : mais qu’est ce qui m’a foutu une équipe pareille ?
Une gnomette à grandes couettes sortit de la caisse de la clairière, trottinant et l’air ravi, on l’entendit déclarer : j’ai passé une super soirée ! Je me suis bien éclatée ! Puis elle attrapa Fratrichou par la manche de sa redingote et enchaina : rentrons maintenant mon ami, si vous le voulez bien, car la vaisselle vous attend.



























 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
                      
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 








 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
                                                   


Revenir en haut
   
Publicité


Message Posté le: Lun 20 Avr - 15:51 (2009)    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
   
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Ma ville Lambesc Index du Forum > Coup de projecteur > Talents lambescains
Page 1 sur 1
    Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure

 
 
Sauter vers:  
 
Index | Panneau d’administration | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
noteBored template and graphics
© 2004 designed by boo
Ma ville Lambesc Index du Forum Powered by phpBB
© 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com